Portrait d’entrepreneur Dias’Invest : à la découverte de la culture des papayes solos avec Brice Tameu

Le Cameroun va aménager 6 000 hectares de périmètres hydro-agricoles et piscicoles dans le Nord, d’ici 2025
23 juillet 2020
Portrait d’entrepreneur Dias’Invest : Aymric Kamega, assurer sa vie au Cameroun
30 juillet 2020

Pour le deuxième portrait de cette série, nous avons rencontré Brice TAMEU, autoentrepreneur camerounais âgé de 28 ans. Titulaire d’un Master en Audit et Finance d’Entreprise, il a décidé de se lancer dans la culture de papayes solo associé à la culture d’herbacés comme les melons et les citrouilles. Malgré le haut potentiel agricole à valeur ajoutée de son projet, l’entrepreneur a rencontré quelques difficultés. C’est pourquoi, il s’est tourné vers Dias’invest 237 pour poursuivre son développement. Il nous donne aujourd’hui les détails de son projet !

Pouvez-vous nous présenter votre projet ?

Mon projet « PAPAYE ET COMPAGNIE » est un projet agricole basé à Mfou, en périphérique de Yaoundé. Son but est de permettre de baisser les prix des fruits de papaye solo (de 30 Fcfa en moyenne à 20 Fcfa) en vue de rendre la consommation de ce fruit plus accessible.

La mise en œuvre de cet objectif passera dans un premier temps par une culture sur une large superficie de 10 hectares afin de profiter des économies d’échelle. Le profit se fera principalement sur les coûts d’exploitation et de transport. La mise en œuvre de cet objectif concernera la segmentation du marché en vue d’une meilleure approche commerciale et marketing.

Que vous a apporté le dispositif Dias’invest’237 ?

Le dispositif Dias’Invest m’a aidé sur trois volets principaux: l’étude de marché, les démarches administratives à l’instar de la formalisation de la forme juridique du projet et la recherche de fonds.

Dans quel environnement votre projet s’inscrit-il ? Comment pensez-vous qu’il va changer les choses ?

Le secteur d’activité sur lequel nous nous inscrivons est encore très peu exploité. En témoigne, le peu de personnes aujourd’hui au Cameroun qui pratiquent les recommandations de l’OMS quant au fait de consommer 5 fruits et légumes par jour.

Ceci s’explique par le prix élevé des fruits sur le marché Camerounais. L’exemple de la papaye solo qui coûte en moyenne 125 Fcfa au détail en dit long. Nous voulons donc faire chuter ce prix afin de le rendre accessible. Associé à notre politique de segmentation, nous pensons pouvoir permettre au maximum de personnes de consommer au moins 1 papaye et 1 melon (ou une tranche de chacun de ces fruits) chaque jour.

Autre impact significatif : nous allons créer plusieurs emplois, 10 emplois à temps plein et 10 à temps partiel.

Pouvez-vous nous raconter une journée type dans votre entreprise ?

La journée type dans notre entreprise consiste à rejoindre très tôt le matin la plantation qui est située à 1 heure et demie de Yaoundé. Généralement, on arrive sur les lieux de l’exploitation vers 8 heures, puis nous passons la matinée à participer aux différents travaux : la préparation des pépinières et le piquetage.

L’après-midi, à partir de 14 heures, est généralement réservé aux bilans et mises au point avec les ingénieurs et leurs équipes. Enfin, nous terminons par la planification des différentes actions futures.

Quelles ont été les principales difficultés rencontrées depuis que vous vous-êtes lancé dans ce projet ?

Jusqu’ici ces difficultés sont de trois ordres, elles concernent principalement : la recherche de semences de qualité, la recherche d’une main d’œuvre qualifiée, et le plus important, à savoir la recherche de financement.

Quel conseil pouvez-vous donner à la diaspora Camerounaise qui souhaite entreprendre au pays ? Quelle devise guide l’avancée de votre projet ? Le conseil que je donnerai à la diaspora est celui d’entreprendre massivement au pays, car son développement passera impérativement par là. Ma devise: « N’attendez pas trop pour vous lancer car aucun moment n’est idéal ».

Merci Brice pour cette présentation de ton activité. Elle devrait inspirer de nombreux autres jeunes entrepreneurs. Et bon courage pour la suite !

L’équipe Dias’Invest 237