Finance islamique : Les établissements de microfinances intéressés

Avec 1400 milliards FCFA d’exportations vers l’UE en 2019, la balance commerciale est en faveur du Cameroun
18 novembre 2020

Ce mode financement basé sur le coran et de plus en plus usité dans le monde de la finance internationale fait son entrée formelle au pays par l’entremise du gouvernement.

C’est dans ce cadre que le gouvernement du Cameroun s’est intéressé au mode de financement islamique. Il vient palier aux insuffisances relevées dans les services bancaires classiques. Une expérience pilote a été menée à travers des microfinances telles le Crédit du Sahel, la Caisse d’épargne et de crédits du septentrion, la caisse de financement en mode islamique dans les régions de l’Extrême-nord et de l’Adamaoua.

Cette phase pilote a permis de tester avec succès cinq produits que sont Musharaka, Muhabaha, Salam, Idjara, Istisna. Sous mode revolving, ces cinq financements ont touché 519 microprojets pour 1500 bénéficiaires avec 600 millions de Fcfa reçu de la banque islamique. Le taux de remboursement moyen à ce jour est de plus 90 %.

Rappelons que la notion de Finance islamique recouvre l’ensemble des opérations de commerce, d’investissements, de prêts et de transaction effectuées au moyen de mécanismes et de produits financiers conformément à la Charia, la loi islamique qui n’enlèvent en rien le caractère scientifique et rationnel du mode de financement et est au service de tous les citoyens quelque soit leurs croyances. La finance islamique a déjà soutenu à travers des concours Muhabaha, la Sonara pour 44,6 milliards de Fcfa et la Sodécoton pour 64,2 milliards de Fcfa.

(…)

Pour assurer l’expansion, le gouvernement a décidé de mettre en place le programme d’appui aux projets de financement de la microfinance en mode islamique au Cameroun.  Les membres du comité de pilotage et de l’Unité de gestion  ont été récemment installés au cours de la première session de ce comité.

Retrouvez l’article complet sur journaldiapason.com