Entretien avec le Ministère de la Promotion de la Femme et de la Famille (MINPROFF)

Entretien avec Thierry Libone Nyope directeur de AGRO-PME Ingénierie
3 août 2018
Le tourisme et l’hôtellerie: des secteurs camerounais à haut potentiel
23 août 2018

Cette semaine nous partageons avec vous l’interview de NKE MVOGO Grégoire Aimé membre du Ministère de la Promotion de la Femme et de la Famille (MINPROFF) dans le cadre de la promotion du dispositif du MINREX: Dias’Invest 237 (DI237) un dispositif financé par l’AFD et exécuté par le SIAD, l’OFAD, AGRO-PME et RMDA.

 

 Quelle importance revêt l’apport de la diaspora dans le développement du Cameroun selon le MINPROFF ?

De façon simple, la diaspora revêt une très grande importance dans le développement du Cameroun en ce sens que :

  • Chaque membre de la diaspora qu’il soit étudiant ou travailleur, clandestin ou régulier, représente une source de revenus pour la famille restée au pays;
  • De plus, la diaspora représente généralement une élite intellectuelle pour la famille et l’espoir d’une vie future meilleure ;
  • De nombreuses familles camerounaises se soignent, se nourrissent, s’équipent, éduquent leurs enfants et créent une activité génératrice de revenus, principalement grâce aux flux financiers générés par les membres de la famille vivant à l’étranger ;
  • Finalement, la diaspora peut également importer les bonnes pratiques et mentalités des pays développés.

Néanmoins, les migrations représentent aussi une grosse perte, en termes de main d’œuvre pour le Cameroun et en termes de perte de nos valeurs culturelles ancestrales.

 

 Le MINPROFF s’investit-il auprès de cette diaspora, si oui comment ?

Oui,  le MINPROFF mène une activité d’appui à la réinsertion socioculturelle au Cameroun des migrants en situation de retour forcé ou volontaire.

Le MINPROFF développe également une action de promotion de l’insertion économique de la femme, à travers des formations et des appuis financiers et matériels à la création des AGR. Cette action s’adresse à toutes les femmes vivant sur le territoire national, y compris les anciens migrants.

 

 Dias’Invest 237 favorise les candidatures féminines et possède un « volet genre », quelle importance revêt l’apport des femmes dans le développement du Cameroun ?

Les femmes doivent être au centre de tout projet de développement qui se veut efficace. Au Cameroun, la femme a rôle majeur dans la production agricole, la transformation artisanale des produits agricoles, la commercialisation desdits produits. 65% des micros entreprises au Cameroun sont des initiatives féminines.

Cependant, les femmes se heurtent à de multiples barrières socioculturelles qui freinent leur épanouissement. Il s’agit notamment de : l’accès égalitaire Homme-Femme à la propriété foncière, l’accès aux crédits et aux financements, le droit à l’éducation, etc.

 

 Pourquoi faut-il soutenir les femmes qui souhaitent entreprendre ?

Il est nécessaire de soutenir les femmes qui souhaitent entreprendre, parce  qu’elles ont un parcours plus difficile, dû aux inégalités socioculturelles citées plus haut et parce qu’il est souvent difficile de concilier le rôle de mère et de chef d’entreprise. Mais il faut souligner que de plus en plus de femmes arrivent à concilier leur vie professionnelle et leur vie familiale, elles sont de plus en plus qualifiées et ne sont souvent limitées que par la rareté des financements.

 

Pourquoi le MINPROFF soutien-t-il DI237, quel impact pensez-vous qu’il puisse avoir au Cameroun ?

Le MINPROFF soutient DI237 parce qu’il a pour objectifs stratégiques  «Une femme au rôle sociale renfoncé, économiquement autonome et des familles stables et harmonieuses ». Cet objectif  a été défini pour tous les enfants du Cameroun sans distinction, et donc y compris ceux de la diaspora.