Coronavirus : « Aucun pays africain ne sera épargné par la crise économique »

Agriculture : le gouvernement camerounais veut booster les cultures vivrières à cycle court
15 avril 2020
La BEAC annonce officiellement la révolution des paiements via le mobile en zone CEMAC
20 avril 2020

Le directeur Afrique du FMI, Abebe Aemro Selassie, s’inquiète de voir les Etats de la région « perdre leurs acquis de la dernière décennie en matière de développement ».

Le Fonds monétaire international (FMI) évoque « une menace sans précédent pour le développement ». Dans ses prévisions économiques pour les pays d’Afrique subsaharienne, publiées mercredi 15 avril, l’organisation multilatérale confirme l’entrée en récession du continent, avec un recul du PIB de 1,6 % en 2020 – « le pire résultat jamais enregistré », selon les termes du rapport. Comme ailleurs dans le monde, la pandémie liée au coronavirus impose des défis majeurs et multiples aux Etats africains, en matière de financements et de réponses politiques. Pour Le Monde Afrique, le directeur du département Afrique du FMI, l’Ethiopien Abebe Aemro Selassie, commente les perspectives économiques d’un continent entré « en territoire inconnu ».

Lundi, le président français, Emmanuel Macron, a appelé à aider les pays africains en annulant « massivement » leurs dettes. Est-ce une option aujourd’hui envisagée au FMI pour soulager les économies africaines ?

C’est un appel important lancé par M. Macron et, évidemment, il est à prendre en compte. Mais nous voulons d’abord en savoir davantage sur les conditions d’application d’une telle mesure. En ce moment, nous menons cette discussion tant sur les principes que sur la faisabilité.

Le FMI est à l’avant-garde depuis le début de la pandémie pour aider les pays les plus pauvres et nous continuons à le faire. Lundi, nous avons approuvé le versement d’une aide à 25 pays, dont 19 en Afrique, pour alléger leur dette et leur donner des marges de manœuvre afin d’investir dans leurs systèmes de santé. Nous accueillons donc toutes les initiatives qui pourront nous permettre de soutenir les pays africains qui en ont désespérément besoin.

Pour lire la suite de l’article: Cliquez ici

Source: Le Monde