BGFI Bank présente un plan de 10 milliards pour soutenir les PME camerounaises face à la pandémie.

À défaut d’un titre foncier, un troupeau de bœufs peut servir de garantie d’emprunt auprès des microfinances au Cameroun
21 septembre 2020
Lancement du club Dias’Invest 237 et élections du bureau : tous les documents nécessaires
15 octobre 2020

Le gouvernement camerounais et la filiale camerounaise de la banque à capitaux gabonais BGFI Bank ont signé, le 1er septembre 2020, un protocole d’accord portant sur le refinancement à hauteur de 10 milliards de francs CFA pour soutenir les Petites et Moyennes Entreprises (PME) frappées par la pandémie de coronavirus.

La Banque indique avoir mis à disposition une ligne de financement de 10 milliards de francs CFA pour accompagner la traversée de crise et booster la reprise des activités, avec l’appui technique du ministère des Finances. Il sera question, en fonction de certains critères d’éligibilité tels que le secteur d’activités et le chiffre d’affaires, d’apporter aux PME qui seront retenues les crédits et le support qui leur fait défaut en ces temps de crise.

L’objectif est avant tout la préservation des emplois: «Chaque PME aujourd’hui au Cameroun emploie 30 à 40 personnes. Cela fait au moins le double en termes de familles qui vivent de ces personnes-là. Pour nous, l’essentiel aujourd’hui est d’abord de préserver les emplois», a expliqué à le directeur général de la filiale locale du groupe, Abakal Mahamat.

Les PME représentent 99% du tissu économique camerounais et génèrent 67% des emplois, pour une contribution de plus de 34% au PIB du pays.

Le GICAM estime à 310,1 milliards de FCFA (soit une baisse de 31%), les pertes de chiffres d’affaires subies par les entreprises négativement impactées par le coronavirus en avril 2020 par rapport à la même période l’année précédente.

Côté gouvernement, on salue cet appui «important» de la BGFI, «au moment où le chef de l’État nous demande justement d’élaborer un plan de relance», a déclaré le ministre des Finances, Louis-Paul Motaze.

[…]

Retrouvez l’article complet sur le site Le360Afrique.